Du 26 au 30 NOVEMBRE – Voyage annuel AMO Provence 2019 – NAPLES le Renouveau

Organisé grâce aux précieux concours des Membres Industriels d’AMO :  

Electricité de France, ENEDIS, GRDF, PRO BUREAU AMENAGEMENT/STEELCASE, LAFARGEHOLCIM France, SAUNIER-DUVAL, JACOB-DELAFON, SONEPAR MEDITERRANEE, SOPREMA, LEGRAND, DELTA LIGHT

Programme étudié par Claudine ANGLES, AILLEURS CULTURE

« Les artistes et les touristes la boudaient. Depuis les années 1980, Naples avait une image de vieille capitale détériorée et chaotique. Cette ville qui attira Byron, le Caravage ou Verdi et qui fut l’un des centres culturels les plus foisonnants d’Europe semblait s’être endormie au pied du Vésuve. Ses musées et ses monuments, couvrant trois millénaires d’Histoire, étaient devenus inaccessibles à cause de leur état de délabrement ou de leurs horaires fantaisistes.

Mais aujourd’hui, la ville se réveille pour reconquérir son titre de capitale culturelle. Elle regorge de musées et de galeries d’art contemporain (plus nombreuses qu’à Milan ou à Turin), de cafés littéraires, de salles de concert et d’étranges magasins où l’on vend aussi bien des légumes et du pain que des tableaux d’artistes contemporains. La Naples d’aujourd’hui ressemble à ce Vésuve en pleine éruption peint par Andy Warhol en 1985. La rapidité des transformations dont Naples est le théâtre depuis quelques années a favorisé son émergence culturelle sur la scène internationale. Désignée récemment par Time Magazine comme «la ville la plus à l’avant-garde d’Europe », Naples n’en finit pas d’étonner… » Extrait d’un article paru dans l’Express en avril 2006. 

Le premier après-midi fut dédié aux projets de rénovations et requalifications urbaines, dans un quartier défavorisé du centre historique. Regard sur le magnifique escalier du Palazzo Spagnolo, considéré comme l’un des plus beaux exemples d’architecture baroque civile napolitaine, datant de 1738.

  • Fondation Morra Greco (2019 – A B5) Installé dans un ancien palais du XVIIIème siècle, sur les fondations d’un ancien couvent du XIVème siècle, il s’agit d’un rare exemple de restauration où ont été conservées les marques de chaque époque jusqu’au XXème siècle. Des fresques du XVIIIème siècle restées intactes y ont été retrouvées lors du chantier. Présentation du projet par l’Architecte Francesca Brancaccio
  • Made in Cloister (2016 – Keller Architettura) Un ancien cloître renaissance du XVIème siècle, qui fut ensuite une usine de production de laine, a été reconverti en un centre culturel et une galerie d’art contemporain. Outre le projet artistique, il y a également un projet social et symbolique de requalification du quartier. Présentation du projet par un représentant du Maître d’Ouvrage.

Le deuxième jour :

Trajet jusqu’à la Gare centrale : Regard sur le projet de requalification de la Place Garibaldi (Dominique Perrault). Depuis le 1er janvier 2015, dix provinces italiennes ont été transformées en villes métropolitaines. C’est le cas de Naples, qui passe d’une ville de 970 000 habitants à une métropole de plus de 4 millions habitants, étendue sur 1 170 km² et unifiant 92 communes.

La mise en service de la station Garibaldi, permet de lier la ligne de métro 1 à la ligne 2, mais aussi de joindre le réseau provincial, le réseau national et la ligne à grande vitesse.

La Piazza Garibaldi se retrouve au cœur de la nouvelle métropole formant une porte d’accès au centre historique, mais également à l’ensemble de la province.

La place devient un pôle multimodal, grâce auquel les cinq sites majeurs du système de transport napolitain seront en connexion. Rencontre avec le Maître d’Ouvrage – Metropolitana di Napoli.

Visite du quartier du Centre d’Affaires (CDN), où se dressent les grattes ciels de Naples avec des signatures d’Architectes comme Kenz? Tange et Renzo Piano.  Au centre, une œuvre de l’artiste Gennaro Regina (artiste designer napolitain) : « l’Homme de Vitruve ». Il s’agit de la plus importante intervention urbanistique des années 1980/1990, au cœur de la ville. Le quartier regroupe des tours de bureaux, quelques logements, des commerces et une église moderne. L’extension du métro vers le quartier est en cours.

Départ en car pour voir découvrir la Gare tgv de Napoli Afragola Zaha Hadid – 2017. Cette gare ferroviaire a été conçue pour être l’un des points de connexion clés du sud du pays. Elle est desservie par quatre lignes interurbaines à grande vitesse, trois lignes interrégionales et une ligne de banlieue locale. Cette structure en béton armé supporte notamment un hall surélevé de nervures d’acier, recouvert de Corian® et un toit vitré.

Continuation pour la ville de SALERNE, située au sud de Naples, qui veut se distinguer par son architecture contemporaine et qui a fait appel à des Architectes internationaux pour valoriser son centre : Zaha Hadid, Santiago Calatrava, David Chipperfield, Ricardo Bofill, Oriol Bohigas….

Visite pédestre du projet de la Gare-maritime – Zaha Hadid – 2016.  Située à un endroit stratégique, entre la côte amalfitaine et les plages du Cilento, près des îles de la baie de Naples – Capri et Ischia – ainsi que des zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Paestum, la gare maritime de Salerne, qui aura coûté plus de 20 millions d’euros, se veut l’emblème du secteur des croisières, en plein boom à travers le monde. Sa forme d' »huitre« , telle qu’elle est définie par les Architectes, grâce à une coque extérieure dure, protège du soleil intense de la Méditerranée et abrite des espaces intérieurs fluides et confortables.

Vue sur le projet de logement Crescent de Ricardo Bofill, toujours en cours de construction…

Retour vers Naples en car en longeant le front de mer faisant partie du plan d’aménagement d’Oriol Bohigas. Arrêt à la Cour de Justice, Palazzo di Giustizia de David Chipperfield – 2018.

Arrêt pour voir le projet le Vulcano Buono (Renzo Piano – 2007). Il s’agit d’une vaste zone à usage mixte, incluant un centre commercial dont l’architecture rappelle la forme du Vésuve qui domine la région. Il s’agit d’une vision moderne d’une place de marché traditionnelle. Le diamètre du centre commercial est de 320 m, et ses pentes végétalisées s’élèvent de 25 à 41 m de hauteur.

Le troisième jour :

Visite du projet du Duomo de Pozzuoli (Gnosis Progetti – 2014), qui domine la baie éponyme du haut du Rione Terra, premier site à avoir été habité. Le projet de restauration de ce temple-église devait conserver son caractère historique et cultuel. Le contraste entre les parois de verre, les colonnes de marbre de l’ancien temple romain et les fresques de l’église baroque est saisissant. Rencontre avec l’Architecte.

Retour vers Naples pour la visite d’un bâtiment unique et à forte valeur sentimentale pour les habitants de la ville, qui abrite aujourd’hui la Fondation Ezio De Felice, Architecte napolitain qui en avait fait son atelier. Construit en 1642 par Cosimo Fanzago, pour une princesse napolitaine, le Palazzo Donn’Anna est resté inachevé. Visite du Théâtre et des grottes, longtemps unique accès au palais, elles sont restées intactes. La vue sur la mer et le Vésuve est magnifique. Rencontre avec l’Architecte.

Départ pour le Vomero, colline d’où l’on jouit d’un des plus beaux panoramas sur la ville et le Vésuve. Descente de la Colline en funiculaire à destination de la Gare.

La gare du funiculaire de Montesanto – Silvio d’Ascia Architecture, est un projet de restructuration et d’extension qui constitue une étape importante du plan régional des transports de Naples et du réseau du métro napolitain. Ce pôle d’échanges est conçu comme un volume unique, valorisant la gare d’origine de 1889 et facilitant les connexions entre le métro, les trains régionaux et le funiculaire. Balade architecturale à pied et en métro.

Continuation à pied vers la partie monumentale de Naples, caractérisée par ses monuments imposants : places, palais et châteaux comme le théâtre San Carlo, la Galerie Umberto I…. Largement réaménagé à plusieurs reprises au cours des siècles, ce quartier présente une grande diversité dans le style de ses monuments, édifiés à différentes époques de l’histoire Napolitaine.

Sur le parcours, regard sur des bâtiments à l’architecture rationaliste, issus de la politique urbaine sous Mussolini : Palazzo dell’INA (1938), Palazzo delle Poste (1936), Palazzo della Provincia (1940), Palazzo dell’Intendenza di Finanza (1937).

Naples, ville très dense au tissu urbain particulièrement serré, laisse peu de place en surface aux transports. L’accent est mis sur les stations de métro dont le réseau est en pleine expansion.

L’administration communale a décidé d’installer des œuvres dans le métro pour promouvoir l’art contemporain. Plus de 200 œuvres d’une centaine d’artistes (Michelangelo Pistoletto, Jannis Kounellis…) y ont été installées ainsi que des vestiges, retrouvés lors de fouilles archéologiques.

Visite de la station Municipio (Álvaro Siza et Eduardo Souto de Moura), Toledo (Oscar Tusquets Blanca) et Università (Karim Rashid).

Quatrième jour libre avant le retour…