DÉBAT – « REGARDS CROISÉS sur le rôle des ARCHITECTES CONSEILS  » Mardi 19 AVRIL 2016 à 19h00

REGARDS CROISÉS sur le rôle des ARCHITECTES CONSEILS face aux attentes des Professionnels sur le terrain

Conseils ou Acteurs, l’acte de construire reste un doute collectif…

Pourquoi l’action de conseil est- elle ressentie comme un frein ou un rempart infranchissable ?

 4 témoignages, 4 expériences, 4 visions et 4 enjeux du rôle de conseil

Lieu du Débat :

World Trade Center / Centre des Congrès – 2 Rue Henri Barbusse – 13001 Marseille (Entrée du WTC proche du Jardin des Vestiges, monter les escaliers jusqu’au premier palier – Accueil dans l’Espace COWORK’IN mis à disposition par PRO BUREAU AMENAGEMENT/STEELCASE, Membres AMO.

Intervenants :

. Mme Hélène CORSET, Chef de Service, Architecte des Bâtiments de France, chargée du Secteur de Marseille et de l’Arrondissement Est des Bouches du Rhône.

 . Gérard CERRITO, Architecte Associé, CCD Architecture, Architecte  Conseil de l’Etat, Département de l’Isère (38), (Membre du BUREAU d’AMO).

 . Gilles FERAUD, Architecte Associé, CFL Architecture,  Architecte Conseil du CAUE des Bouches du Rhône, Commune de Gardanne (Vice-Président d’AMO Provence).

. Arnaud DEVILLERS, Architecte Associé,  Faubourg 2/3/4, Architecte Urbaniste Conseil de la Ville de Marseille.

1/ L’Architecte des Bâtiments de France (ABF) est un fonctionnaire d’encadrement supérieur  (Catégorie A+) appartenant au corps des Architectes et Urbaniste de l’Etat (AUE) ayant opté pour la section « patrimoine ».

Corps distinct à l’origine, il est, depuis 1993, réuni avec le corps des Urbanistes de l’Etat (UE) au sein du corps des Architectes et Urbanistes de l’État (AUE), afin de rendre plus cohérent le respect du patrimoine et les dynamiques d’aménagement. Le corps des AUE regroupe 450 agents, 250 dans la spécialité « Patrimoine » et 195 dans la spécialité « Aménagement ».

Les Architectes des bâtiments de France ont dans leurs missions de service public l’entretien et la conservation des monuments protégés ou non, ainsi qu’un rôle général de conseil gratuit et indépendant sur

les autres édifices du patrimoine culturel. Ils aident au montage des dossiers financiers et techniques de restauration et s’assurent de la bonne réalisation des travaux selon les règles de l’art.

Par ailleurs, les Architectes des bâtiments de France veillent à la bonne insertion des constructions neuves et des transformations aux abords des monuments protégés et sont présents dans chaque département placé sous l’autorité du Préfet, au sein des Services Territoriaux de l’Architecture et du Patrimoine (STAP).

2/ L’Architecte-conseiller de l’Etat est nommé soit par le Ministère en charge de l’Urbanisme ou celui en charge de la culture. Professionnels libéraux reconnus et expérimentés, ils sont recrutés à l’issue d’une sélection exigeante commune aux deux ministères, prenant en compte la diversité de leur activité libérale, leur expérience, leur compétence afin de renforcer les moyens des services déconcentrés dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques nationales sur l’espace pour une exigence accrue de qualité.

Ils orientent leurs interventions particulièrement dans les domaines de l’habitat et des quartiers, de l’amélioration de la qualité architecturale et urbaine. Leur mission, bien que ponctuelle (deux jours par mois), leur permet cependant l’essentiel :

Travailler à promouvoir une Architecture de qualité en particulier dans le domaine du logement et des constructions publiques, participer à la diffusion de la culture architecturale et urbaine, relever, le cas échéant, les insuffisances dans la mise en œuvre des politiques publiques. Animateurs plus que censeurs, les Architectes-conseils mettent leur capacité d’analyse et d’expertise des situations concrètes au service d’une conception exigeante de ce que doit être le paysage urbain et rural de la France.

3/ L’Architecte-conseiller des CAUE est un Architecte diplômé travaillant au sein d’une équipe pluridisciplinaire et ayant un rôle et des missions spécifiques. L’une des missions des CAUE est de veiller à la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement « la qualité architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains ainsi que du patrimoine sont d’intérêt public. »  (Article 1 de la Loi du 3 janvier 1977). Les Architectes-conseillers des CAUE ont par conséquent un rôle très particulier, du fait de l’exigence de service public imposée par cette loi et se traduisant par :
. Une déontologie du  « dire-vrai », qui vise à répondre à des besoins ne pouvant être satisfaits de façon suffisante par l’initiative privée. L’architecte-conseiller donne des informations ou des recommandations de façon totalement indépendante et désintéressée.

. Une activité de conseil et d’assistance méthodologique qui est avant tout un acte pédagogique et n’a pas valeur de maîtrise d’œuvre ou d’expertise.

. Des positions toujours prises en termes de « qualité » et jamais en termes d’intérêts financiers.

. Un accès au conseil gratuit. Ce principe de gratuité résulte de l’utilité sociale de la mission des architectes-conseillers des CAUE et de leur financement par des fonds publics.

. La possibilité de rencontrer un architecte, même si le projet n’impose pas son recours obligatoire.

4/ L’Architecte-conseiller d’une Collectivité est un Architecte qui participe à la recherche d’une meilleure qualité architecturale des projets. Sa mission nécessite une bonne connaissance, tant dans les domaines de la composition architecturale que dans les domaines du traitement du patrimoine historique, sa réhabilitation, que des législations qui portent sur l’urbanisme et les espaces protégés. Ce n’est pas un architecte qui est recruté par la commune à temps plein, son intervention se fait sous forme de vacations qui peuvent représenter de 1 à 2 journées par mois selon l’importance des enjeux. Interface de la commune vis-à-vis des Administrations, l’Architecte Conseil est un véritable « point d’articulation » entre la Commune, l’Etat et les autres partenaires institutionnels, les professions de la construction et les pétitionnaires particuliers.

Sa vision patrimoniale, architecturale et urbaine globale, le positionne comme interlocuteur compétent dans le cadre des orientations des politiques patrimoniales à mener. L’architecte conseil a un rôle de formateur auprès des services de la commune. Il est capable par ses compétences techniques et sa connaissance du terrain, d’intervenir auprès de l’Architecte des bâtiments de France, et de tout intervenant extérieur.